© 2019 Lusafrica - Elida Almeida

HOME        MUSIQUE        A PROPOS        PHOTOS        PAROLES        TOUR        CONTACT

PAROLES

KEBRADA (2017)

PAROLES DE L' album "Ora Doci Ora Margos" here

DJAM ODJA (J'ai vu)

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Ka nhos purguntam modi ki ntxiga li

Nka sabi flau pa undi ki npasa 

Nsodadu nkorda spantadu li

Nkre volta pa kaza kaminhu sta lonji

 

Nba ta toma prendi tra um fumu

Es inxinam fazi um rolu 

N mostradu undi ta bendedu

Ma mi so ki fika pa perdedu

 

Nhos dam mo nu bai 

Nkre ba odja nha mai 

Pe dam si bensom 

Djam odja mera iluzom

 

Nhos dam mo nu bai

Nkre ba odja nha mai 

Pe dam si perdom

Djam odja mera iluzom

 

Djam odja

Djam odja

Djam odja mera iluzom 

 

Djam odja 

Djam odja

E lebam so pa perdisom

Ne me demandez pas comment je suis arrivée ici

Je ne saurai vous dire par où je suis passée

Je me suis endormie et me suis réveillée en sursaut Le chemin est si long pour rentrer chez moi

 

J’ai commencé à fumer

On m’a appris à rouler du tabac

Et montré où en trouver

Mais j’avais tout à perdre

 

Donnez-moi la main et allons-nous-en

Je veux revoir ma mère

Pour lui demander sa bénédiction

Tout n’était que simple illusion

J’ai vu

J’ai vu

Tout n’était qu’illusion

J’ai vu

J’ai vu

Tout n’était que perdition

 

KONTAM (Raconte Moi)

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Nlibra Di Bo (Je Me Suis Liberée De Toi)

Kontam 

Mo ku ta xinti 

Tudu bes ku odjam

Ku lagua ta disprinda 

 

Nkre po flam 

Si ta pobu sabi 

Tudu bes ku odjam 

Na kantu ta salusa

 

E pa keli ku ba kasa nha mai

E pa keli ku papia ku nha pai

E pa keli ku ta brindu muntu interu 

Mo sa ta kasa 

 

E pa keli ku po bu porku na sodji 

E pa keli ku manda fola bu bodi 

E pa keli ki bu djunta mundu 

Pa fazi festa 

 

Bem bu bem flam 

Txiga li kontam 

Bem bu bem flam

Txiga li kontam

Raconte-moi

Comment tu te sens

Quand tu me vois

En larmes

 

Je veux savoir

Si cela te rend heureux

De me voir

Pleurant dans mon coin

 

C’était bien la peine

D’aller chez ma mère

De parler avec mon père

Et d’annoncer ton mariage au monde entier

 

C’était bien la peine de tuer le cochon

D’égorger le bouc

De réunir tout ce monde

Pour faire la fête

 

Dis-moi

Viens me raconter

Viens me dire

Tout cela

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Kruz riba nha kosta 

Es fla ntem ki karega 

Cedu pa noti dia pa manxi 

Tudu so riba mi 

 

Dios ki mandam forsa

Pam ntrau di nha kontu 

Mos ami nka pur si nau 

Nem nka kapri di pe di po

 

Nka perdeu, nau 

Nlibra di bo 

On me dit que sur mon dos

Ma croix je dois porter

Jour et nuit

Et de tout son poids

 

Dieu m’a donné la force

Pour t’effacer de mon histoire

Je saurai te résister

J’ai bien les pieds sur terre

 

Je ne t’ai pas perdu, non

Je me suis libérée de toi

Sapatinha (Nha Mininensa) (Mon enfance)

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Ntem sodadi 

Kantar di galu ta kordam

Na kompasu di serenata

Di txota ku pasarinhu

 

Nta lembra kantu

Kebra djudjum tinha sustentu

Di pegam boka stangu

Pa guentam tudu jornada

 

Na kambar di sol

Ora ki galu dja deta

Ki grilu dja ronka

Sapu ta komesa pupa

 

Vizinhansa rumadu 

Di mas grandi ti pikinoti

Tobi storia dondonu

Di ti lobu ku xibinhu

 

Refrão:

Sapatinha rubera riba

Sapatinha rubera baxu

J’ai la nostalgie du temps

Où je me réveillais au chant du coq

Au rythme de l’aubade

Des petits oiseaux

 

Je me souviens

Des petits-déjeuners copieux

Qui calaient bien le ventre

Et aidaient à passer la journée

 

Au coucher du soleil

Quand les coqs s’endormaient

Les grillons cessaient leur chant

Et les crapauds commençaient à coasser

 

Tout le voisinage,

Grands et petits, se rassemblait

Autour de contes

Racontant l’histoire du loup et du petit malin.

 

Refrain :

Il y a du sapatinha *

Dans toute la vallée.

 

* Genre de haricot.

Ki Ta Manda E Mi (C’est Moi Qui Commande)

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Ndexabu da um skapulu ti la

Bespa kasamentu la na kaza Ana

Npodu djuda na bolsa oleba

Po txigam kasa djuntu ku vizinhansa

 

Es dam konta di bo na sala badju

Ta trokola pe ta bai ta bem na fazi tiatu 

Homis na fila

Ta spera bes txiga 

Pa tra um pesa, da pasada trau pa ladu

 

Djo mo ta bem odju ragaladu mo xibinhu 

Pasu kentadu, sima ku debedu

Txigam pa li, ku kenha ku staba

Si di li 3 mes ntem ki si porta

 

Bu kre sigui moda

Sima na Europa

Dibaxu nha tetu

Kem ki ta manda e mi

 

Refrão:

Mi ki ta manda li

Kem ki ta manda e mi 

Mi ki ta manda li

Kem ki ta manda

 

Bu kre subi na mi

Disautorizam 

Xam nba ta lembrau ma

 

Kem ki ta manda e mi

Mi ki ta manda li

Kem ki ta manda e mi 

Mi ki ta manda li 

Kem ki ta manda

Je t’ai laissé faire une escapade chez Ana

À la veille du mariage

Pour apporter de l’aide

Mais j’ai eu vent de ce qui s’est passé

On m’a dit comment tu as dansé

Avec des pas comme au théâtre

Les hommes faisaient la queue

Attendant leur tour

Pour danser avec toi

 

Après viendront les petits malins

Réclamant leur dû

Dis-moi avec qui tu étais

À quoi dois-je m’attendre dans trois mois

Tu veux suivre la mode

Comme en Europe

Mais sous mon toit

C’est moi qui commande

 

Tu veux prendre le dessus

Défier mon autorité

Mais rappelle-toi

C’est moi qui commande

Ici c’est moi qui commande

Nha Rainha (Ma Reine)

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Vida sacrifikadu 

Ta djobi midjor pa nos 

Juventudi perdedu 

Ma ku speransa na dios 

 

Ma manham tudu ta midjora 

Ma manham nada ka podi piora 

Bu ta vivi dretu diskansadu 

Pa bus fidju toma kontal bo 

Ma goci u tem ki odjas ta bai

 

Ma spera go n flabu um kusa 

 

Pa tudu tempu me bu mininu 

Nka ta trokau ku ninguem 

Mama dam asa dexam bua 

Ke pam podi da mudjer 

 

Pa tudu tempu bo e nha rainha 

Mudjer di nha vida 

Mama dam asa dexam bua 

Ke pam ser forti moda bo 

Une vie sacrifiée

Pour nous offrir le meilleur

Une jeunesse perdue

Mais avec l’espoir en Dieu

 

Mais demain tout s’arrangera

Demain rien n’empirera

Tu vivras bien et tranquille

Tes enfants s’occuperont de toi

Mais pour l’heure il faut qu’ils partent

 

Mais laisse-moi te dire une chose

 

Je serai ton enfant pour toujours

Jamais je ne t’échangerai avec quiconque

Maman, donne-moi des ailes pour m’envoler

Pour que je puisse devenir femme

 

Tu seras ma reine à jamais

La femme de ma vie

Laisse-moi m’envoler maman

Pour que je puisse être forte comme toi

 

Forti dor (Vive Douleur)

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Ar, Hernani Almeida

E komesa na mau atxegu

Npega na dal konsedju

Korasom di mai ka ta ngana

Kel amizadi la e problema

 

E atxa ma dje da omi 

Pa mas ki npapia kual ka t'obi

Nta deta noti nka tem sonu

So katxor uba korasom ba pe

 

Tudu dia ki dios po na crus

Nrecebi um kexa di nha vizinhus

Bu rapasinhu sta kabesa rixu 

Nka tem undi pega mi ke mai ke pai

 

Tudu dia ki dios po na krus

Nrecebi um kexa di nha vizinhus

Natalinu sta kabesa rixu 

Nka tem undi pega mi ke mai ke pai

 

Refrão:

Ui… forti dor

Djam nkre baba Som Martinhu tudu dia 

Ah… si ki dor ta due

Nha rapasinhu pikinoti baxu txom 

 

E debi teni fomi

E sta ku friu

E teni sedi

Il a commencé à faire des siennes

Je lui ai donné quelques conseils

Le cœur d’une mère ne se trompe pas

Cette amitié-là lui posera problème

 

Il croyait être devenu un homme

J’avais beau lui parler, il ne m’écoutait pas

Je ne dormais plus la nuit

Au moindre aboiement, mon cœur s’alarmait

 

Chaque jour que Dieu faisait

Je recevais une plainte des voisins

Mon garçon n’en faisait qu’à sa tête

J’étais dépassée, j’étais sa mère et son père

 

Chaque jour que Dieu faisait

Je recevais une plainte des voisins

Natalinu n’en faisait qu’à sa tête

J’étais dépassée, j’étais sa mère et son père

 

(refrain)

C’est une vive douleur

Je voudrais aller à São Martinho  tous les jours

Oui elle me fait mal cette douleur

Mon petit garçon est sous terre

 

Il doit avoir faim

Il a froid

Il a soif

Bersu d'Oru (Berceau d'or)

 

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Ar, Hernani Almeida

Nkori traz di Manuzinhu

Ku si korneta ta bai ta pupa

Ndjuga oru ku Sema Lopi

O ki nganha el ku gaita mi ku ferinhu

 

Nxinta na ragaz di Nha Nácia 

Ki fuliam bensu ki dam konsedju

“Rapasis nobu ka sta di fiansa 

Libras bu flas odju na mar kosta pa terá”

 

(refrain:)

Ole le le

Ami n nanci na bersu d'oru 

Olelelelele

N nada na mar di faluxu

 

Nkori traz di manuzinhu

Ku si korneta ta bai ta pupa

Ndjuga oru ku Sema Lopi

O ki nganha el ku gaita mi ku ferinhu

 

Nxinta na ragaz di Nha Nácia 

Ki fuliam bensu ki dam konsedju

“Rapasis nobu ka sta di fiansa 

Libras bu flas odju na mar kosta pa terá”

 

(refrain)

 

Katxás botam rabada dodju 

E flam mininu hu ka nocenti 

Nobertu ka ta da kunfundiu

Me ta kasau ku si minin

 

Ole le le

Era so um sonhu 

Ole le le

Npensa npensa n nanci na bersu d'oru

J’ai couru après Manuzinhu

Qui s’en allait soufflant dans sa trompette

J’ai joué de l’or avec Sema Lopi

Et j’ai gagné, lui avec son accordéon, moi au « ferrinho »

 

Je me suis assise dans le giron de Madame Nácia

Elle m’a bénie et m’a conseillée

« Ne te fie pas aux garçons parle leur

Avec les yeux face à la mer et dos à la terre »

 

Ole le le

Je suis née dans un berceau d’or

Olelelelele

J’ai nagé dans une mer sereine

 

Katxás m’a regardée de travers

Me disant que je n’étais pas naïve

Norbertu m’a assurée

Que je me marierai avec son fils

 

Ole le le

Mais c’était juste un rêve

Ole le le

J’ai cru être née dans un berceau d’or

 

GROGU KABA (La Disparition Du  Rhum)

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Pamo ki grogu ki ka ta kaba

Pamo taberna keta ka ta fitxa 

Pamo ki txuba ka ta kai na txom kram

Homis ta mondu bua ta kai la lugar

 

Si txuba bem Giliom korpu ta kansal

Si padja nanci kasa Djom eh lugal

Si strubom uam Txiku eh baxu si limaria

Si alambra uatxi tudu omi eh tras di si mudjer

 

Oh grogu kaba

Pa txuba bem 

 

Jacinta kexam 

Ma korpu sa ta duel 

Palu sa ta sotal

Tres bes pur dia

 

Ma kasa dja intristisi

Saku daros dja seka

Fim di mes dja pasa 

Dinheru ba so na taberna

 

Oh grogu kaba

Pa txuba bem

Pourquoi le rhum coule-t-il à flots ?

Pourquoi les tavernes ne ferment-elles pas ?

Pourquoi la pluie ne tombe-t-elle pas drue ?

Pour que les hommes puissent aller travailler les champs.

 

Mais si la pluie tombe Giliom sera fatigué

Si l’herbe pousse Djom louera sa maison

Si le tonnerre gronde Txiku se terrera sous ses animaux

Et tous les hommes derrière leurs femmes

 

Oh rhum disparaît

Pour que la pluie tombe

 

Jacinta s’est plainte auprès de moi

De son corps meurtri

Avec les coups que Palu

Lui porte trois fois par jour

 

La maison est triste

Le sac de riz est vide

La fin du mois est passée

Tout l’argent est resté dans la taverne

 

N'KREU (Je Te Veux)

Paroles & musique Carlos Moreira dos Reis – aka Manu Reis

© 2017 Africa Nostra

Eiii ebo minina dexan flabu un kuza, na modi!

Ebo minina n´gosta di bo na txada

Ebo la ebo minina dexan flabu un kuza, na modi

Ebo minina n´gosta di bo na txada

 

Hnnn… esten gana odjan dodu

Ma mi ke pilan di xareta

N´sta frontadu na mundo

Ma mi ke pilan di xareta

 

Makaku fazi quarta clasi sem bai s´kola ma kafila

Pamod e prendi so kopia moda kabra ta golopia

Mi xintadu na nka kabu es bem ku konbersu txeu Pes fazen disgosta di bo

 

Bo kin kre, bo kin kre, Bo kin kre, Bo kin kre na mundo

Bo kin kre po kaza ku mi, Bo kin kre po to konta mi

Bo kin kre, bo kin kre, Bo kin kre iaia iaia

 

N´teni fijon na tanboru

N´te kabesa di limaria Minina dja bu dan ku stangu

Dexan ba papia ku bu gentis

 

Ebo la ebo minina dexan flabu un kuza, na modi

Ebo minina n´gosta di bo na txada

Ebo la ebo minina dexan flabu un kuza, na modi

Ebo minina n´gosta di bo na txada

Eh petite, laisse-moi te parler

Laisse-moi te dire combien tu me plais

Eh petite, laisse-moi te dire une chose

Tu me plais vraiment

 

Ils veulent me rendre maboul

Mais je ne me laisserai pas faire

On veut me pousser à bout

Mais je ne me briserai pas

 

On n’apprend pas au singe à grimacer

Ni à la chèvre à cabrioler

Ils sont venus avec leurs mensonges pour me dégoûter de toi

 

Mais c’est toi que je veux, c’est toi que je veux en ce monde

Je veux me marier avec toi, je veux que tu prennes soin de moi

C’est toi que je veux

 

J’ai des haricots plein les bidons

J’ai du bétail, ah petite tu m’as tapé dans l’œil

Laisse-moi parler à tes parents

 

Eh petite, laisse-moi te parler

Laisse-moi te dire combien tu me plais

Eh petite, laisse-moi te dire une chose

Tu me plais vraiment

Ilia Mundu (Île Monde)

Lyrics & Music: Fernanda Fernandes

© 2017 Africa Nostra

Pa ka pergunta-m m’é di ki ilia

Di ki rubera, di ki kutelu mi é

 

Pa ka pergunta-m di ki kratera, di ki planaltu, di ki duna mi é

Ka pergunta-m kal é nha ilia i nha rubera, di ki baía

Pa ka pergunta-m dundi ki N ben, pa undi N anda,

(Pa ka pergunta-m…)

 

Si N kanta Brava i m’é di Maiu,

Ô Sanvisenti, ô Santanton

Si mi é di Santiagu ki N kanta Bubista,

Saninklau ô Djadi Sal, ô Djarfogu

Pa ka pergunta-m dundi ki N ben, pa undi N anda

(Pa ka pergunta-m…)

 

Si N obi fadu, si N kanta morna,

Si N badja senba, si N dansa sanba

Si N gosta di rabolu, di Kodé di Dona,

Manel di Nova ô di Anu Nobu, 

(Pa ka pergunta-m…)

 

Pa ka pergunta-m nomi di Nha Santu

Ô nomi di Nha kretxeu

(Pa ka pergunta-m…)

 

Refrão:

Nha ilia é mundu, nha tera é mar,

Sê verdi é azul

 

Nha inu é morna,

Nha bandera é pas, nha bandera é pas,

(Nha bandera é pás)

I nomi di nha Santu é Nhor Dés

Nomi di nha kretxeu é Cabo Verde!

I nomi di nha Santu é Nhor Dés

Nomi di nha Kretxeu é Cabo Verde!

Ne me demandez pas de quelle île

De quelle vallée, de quel coteau, je suis

 

Ne me demandez pas de quel cratère, plateau ou dune

Ne me demandez pas quelle est mon île, mon bassin, ma baie

Ne me demandez pas d’où je viens, où j’étais

(Non, ne me demandez pas)

 

Si je chante l’île de Brava, je suis de Maio,

São Vicente ou Santo Antão

Si je suis de Santiago et que je chante Boavista,

São Nicolau, l’île de Sal ou Fogo

Ne me demandez pas d’où je viens, où j’étais

(Non, ne me demandez pas)

 

Si j’écoute le fado, si je chante la morna

Si je danse le semba ou la samba

Si j’aime le rabolo, Codé Di Dona,

Manuel De Novas ou Ano Nobo

(Non, ne me demandez pas)

 

Ne me demandez pas le nom de mon Saint

Ou de mon amour

(Non, ne me demandez pas)

 

Mon île c’est le monde, ma terre est la mer,

Son vert est le bleu

 

Mon hymne est la morna,

Mon drapeau est la paix, la paix

(Mon drapeau est la paix)

Le nom de mon Saint est Dieu

Celui de mon amour est Cap-Vert

Le nom de mon Saint est Dieu

Celui de mon amour est Cap-Vert

 

Nta Fasi Kusa (J’en Ferai Des Choses)

Lyrics: Elida Sofia Cabral Almeida

Music: Elida Sofia Cabral Almeida - Arr. Hernani Almeida

© 2017 Africa Nostra

Nhos bai dam guentis mantenha

Nhos flas ma nhos dexam ku bida

So saudi ki ka sta mutu korenti

Ma fe na Dios otanu nta ba pa nha tera

 

Djam imbarka bidom

Djam nkumpra nha maleta

Djam manda raboka nha kasa

Es dam noba ma nha starleti dja txiga

Es otanu nha guenti 

E dentu nha tera

 

Oh nta fasi kusa

Oh nta fasi kusa

Oh nta fasi kusa

Vinti anu e ka vinti dia 

 

Oh nta fasi kusa

Ah nta pila mundu 

Oh nta fasi kusa 

Ka ninguem tadjam

Saluez mes gens

Dites-leur que je suis en vie

Malgré ma petite santé

Mais avec la grâce de Dieu je retournerai

 

J’ai déjà embarqué mon container

J’ai acheté mes valises

J’ai fait réparer ma maison

On m’a dit que ma voiture est bien arrivée

L’année prochaine

Je serai de retour

 

J’en ferai des choses

J’en ferai des choses

J’en ferai des choses

Vingt ans ne sont pas vingt jours

 

J’en ferai des choses

Je courrai le monde

J’en ferai des choses

Personne n’aura rien à redire